Risques de cancer


Liste(s) de symptome(s) à titre informatif uniquement,
vous ne pouvez pas et ne devez pas établir un diagnostic avec ces informations.

Enjeux d’une conférence sur le cancer pour les professionnels :

Les généralistes, notamment, sont en première ligne, non pas parce qu’ils voient beaucoup de cancers chez les personnes âgées mais parce qu’ils sont leurs premiers interlocuteurs, les connaissent depuis longtemps, et ont une vision globale de leur santé dans une relation faite de confiance et parfois de non-dit, en raison du poids de l’habitude. D’où le risque de manque de vigilance, dont patient et médecin sont coresponsables. Comment sensibiliser les généralistes, « aux premières loges » du diagnostic – précoce ou tardif -, bien avant les médecins hospitaliers ou les spécialistes, ainsi que les patients, pour qu’ils soient plus attentifs aux signaux d’alerte ?

En savoir plus :

L’Institut National du Cancer a été créé par la loi du 9 août 2004 dans le cadre du Plan cancer pour pérenniser une politique nationale coordonnée de lutte contre le cancer, contribuer à diminuer la mortalité par cancer et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’un cancer.
Il soutient financièrement l’organisation de la conférence du 26 novembre dans le cadre de son appel à projets de février 2008 « pour améliorer le dépistage et la détection précoce des cancers » et, plus largement, dans la perspective d’un développement de l’oncogériatrie.

La Ligue nationale contre le Cancer, fédération de 103 comités départementaux, décline trois missions : soutien de la recherche, aide des malades et des proches, information, prévention, accompagnement des plans nationaux de dépistage. Parce les cancers augmentent en nombre avec l’âge, parce que plus tôt ils sont détectés, moins lourds sont les traitements, parce que les campagnes de dépistage organisé s’arrêtent à 75 ans, il est essentiel de promouvoir les gestes simples de surveillance. La contribution de la Ligue au relais de tels programmes de dépistage est évidente.

(Source : extrait CP – Conférence publique d’élaboration de recommandations sur l’accès au diagnostic précoce d’un cancer après 75 ans.)

Partager cette information :


Laisser un commentaire


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

14 messages Laisser un commentaire

    • Maryse
    • 24 janvier 2015 à 18 h 16 min

    bonsoir meilleur vœux de santé a tous j,ai très peur je veux s,il vous plait que vous me dite quel sont les symptômes du cancer du col et de l,utérus moi j,ai deux enfants le 20 février je prends 41ans j,ai été opéré des myomes y,a 1ans et la je viens de me faire enlevé un polype pasceque je veux un enfant

    • Gilda
    • 5 décembre 2014 à 8 h 51 min

    plus de voix depuis 2 voix , je vais voir ORL car des glandes dans la gorge et la langue chargée , j n supporte plus ;

    • Gilda
    • 5 décembre 2014 à 8 h 49 min

    Le mois dernier j’étouffais et avais une extinction de voix je crachais gluant et maintenant j’ai la langue chargée de blanc tout le temps ; j’espère qu’après une consultation chez l’orl ma voix redeviendra comme avant et ma langue aussi !

    • kiki
    • 5 avril 2014 à 19 h 09 min

    À la mammographie il on vu que mon sein gauche est plus dense.
    Je ressens des douleurs qui parte et viennent dans le sein et sous le bras. Parfois, j’ai impression que sa chatouille dans mon sein. Est-ce que sa peut être un cancer inflamatoire du sein?

    • Nicole
    • 11 mars 2014 à 13 h 57 min

    J’ai des élancements dans un sein et lorsque je touche ma cage thoracique du même côté tout près du sein, j’ai des douleurs et souvent durant la journée et la nuit. Je ne sens pas de bosse.

    Pouvez-vous m’informer si ce serait dû au sein ou à ma cage thoracique.

    Je n’ai aucune douleur lorsque je respire.

    Est-ce qu’un cancer du sein ou autre occasionne des douleurs à un moment ou autre.

    Merci

    • virginie
    • 2 avril 2013 à 18 h 04 min

    Bonsoir,

    Je vous écris car je ne sais vraiment plus quoi faire et j’ai vraiment peur d’avoir un cancer. Je ne sais plus qui consulter.

    Je suis assez stressée et j’ai un mal persistant du côté droit de ma gorge, au niveau de la glande. C’est très localisé. On persiste à me dire que c’est mon stress et on me donne du Mopral mais ça fait depuis 6 ans que ça ne passe pas.

    J’ai des douleurs plus persistantes la nuit et le matin je crache des glaires blanches et visqueuses.

    Quel médecin dois-je aller voir? Quels examens dois-je faire? Est ce que ce sont des symptômes d’un cancer?

    Je vous remercie beaucoup pour votre réponse.

    • roman
    • 19 juillet 2012 à 19 h 09 min

    j ai 58ans j ai fait une prise de sang enzymologie sanguine transaminases sgot 41 ui/L transaminases s g p t 61ui/L JE SUIS INQUIET

    • maest
    • 9 mai 2012 à 15 h 00 min

    j ai constate que mon sein gauche a change de forme et est devenu plus gros dur et lourd a la fois ca me fait tres mal des fois. je voulais savoir un peu plus sur cette anomalie.

    • aicha
    • 22 avril 2012 à 11 h 32 min

    quelle sont les symptômes de cancer du sein,comment peut lutter

    • selma
    • 13 juin 2010 à 15 h 26 min

    esk une vibration ou des battes dans les seins sont des symptomes de concer du seins

    • danielle
    • 7 mars 2010 à 9 h 12 min

    apres plusieurs tentatives d’arret de fumer .. qui me rendent « folle » avec aide importante je suis en ce moment prete a jeter ce poison je suis sportive , j’ai 63 ans et en forme quelque conseis svp

    • anonyme
    • 13 janvier 2010 à 18 h 33 min

    trés bon texte mais sa ne répond pas a ce que veulent les gens .Comment sont elles atteintent ces persones ???

    • Marc
    • 7 décembre 2009 à 19 h 53 min

    Il y a une différence entre l’espérance de vie d’une population et la probabilité individuelle de survie : Cela est lié à l’hétérogénéité du vieillissement
    Le rôle de la famille et des aidants naturels est important chez les personnes âgées.
    La population des plus de 75 ans représentera presque 20% de la population française en 2050

    • Magalie
    • 16 novembre 2009 à 12 h 30 min

    Actualité cancer France :

    A la recherche d’une nouvelle thérapie anticancéreuse et de nouveaux espoirs !
    A l’heure actuelle, l’efficacité de la chimiothérapie anticancéreuse est améliorée en administrant plusieurs médicaments. En s’attachant à attaquer également la tumeur de
    différentes manières, mais avec une seule molécule, Alina aimerait renforcer l’efficacité de la thérapie tout en limitant au maximum les effets secondaires et ainsi alléger les souffrances des patients. Alors que la majorité des 280 000 nouveaux cas de cancers détectés en France chaque année sont principalement traités par des médicaments anticancéreux, on constate que de nombreuses tumeurs subissent des mutations et deviennent résistantes aux traitements classiques. La solution qui consiste alors à utiliser des cocktails de médicaments pour venir à bout de ces cellules résistantes et qui produit par ailleurs de bons résultats, s’accompagne malheureusement d’une forte augmentation des toxicités associées. Alina a donc choisi d’étudier une voie alternative pour développer de nouveaux agents anticancéreux capables d’inhiber le développement des cellules tumorales en agissant sur deux aspects de la division cellulaire et à des stades très différents de la vie des cellules. Ces travaux ont pour but la découverte d’un composé unique agissant sur deux enzymes différentes afin de renforcer le pouvoir thérapeutique, tout en réduisant au maximum les risques d’effets secondaires du traitement.

    Source : CP – Alina Ginet, doctorante HEI (Hautes Etudes d’Ingénieur) à Lille a reçu le Prix l’Oréal pour ses travaux sur le traitement du cancer.